MediasCitoyens

Jean Ferrat : les poètes ne meurent jamais

Hommage à Jean Ferrat avec une émission enregistrée par Info RC et des lycéens d’Aubenas à Antraigues en 2007.

En mars 2007, Info RC, la radio en milieu scolaire du bassin d’Aubenas a permis la rencontre de Jean Ferrat avec une quinzaine de jeunes du lycée Marcel Gimond d’Aubenas. Un entretien réalisé à Antraigues, où le poète raconte son parcours, son engagement, sa vision du monde.

Quelques jours après la mort du poète, cette émission prend une dimension particulière, pleine d’émotion mais aussi d’humanisme et d’optimisme. Pleine de cette certitude que les mots du poètes résonneront encore longtemps dans la mémoire des générations. Pleine de cette générosité qui ne pouvait naître qu’en Ardèche, dans la rencontre d’un immense poète et d’une radio humaniste. suite

► ECOUTER l’émission d’Info RC avec Jean Ferrat Une émission réalisée le 06 mars 2007 par une classe de Terminale métiers de la comptabilité du lycée Gimond d’Aubenas.

Info RC : à Antraigues en mars 2007 renconte de Jean Ferrat avec une classe de Terminale du lycée Gimond d'Aubenas et son professeur M. Ranchon (cliquer pour écouter)

"M’en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde

Où l’on n’est pas toujours du côté du plus fort"

Aux premiers sons de tambour de Nuit et Brouillard survient au fond des yeux l’infinie détresse de l’humanité face à sa propre négation.

"Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers

Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés

Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants

Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent"

(...)

"Ils s’appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel

Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vishnu

d’autres ne priaient pas, mais qu’importe le ciel

ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux"

Engagées ou non, ses chansons sont toujours des chansons d’amour. Mais de cet amour de l’humanité et du monde qui fait du poète un sage. Pour Jean Ferrat l’humanité est une. Mais son côté, s’il faut en choisir un, est celui des opprimés. Sa France est "celle dont monsieur Thiers a dit : qu’on la fusille", celle des travailleurs, celle de la lutte, "la belle, la rebelle". D’ailleurs, sa "môme, elle pose pas pour les magazines, elle travaille en usine à Créteil."

Ardéchois d’adoption, il habitait la commune d’Antraigues qui lui avait inspiré sa plus célèbre chanson, La Montagne. Cette montagne ardéchoise, si belle, si proche de ces principes essentiels qui font que l’homme est homme, et pourtant désertée par ses habitants obligés de s’exiler pour trouver du travail et un faux confort moderne.

"Ils quittent un à un le pays

pour s’en aller gagner leur vie

loin de la terre où ils sont nés"

(...)

"Ils seront flics ou fonctionnaires (...)

il faut savoir ce que l’on aime

et rentrer dans son HLM

manger du poulet aux hormones".

Et pourtant...

"Mais ils savaient tous à propos

tuer la caille ou le perdreau

et manger la tomme de chèvre"

dans ce pays aride,

"où les hommes ont l’âme bien née

noueuse comme un pied de vigne"...

Poète visionnaire. Ecrite en 1964, La Montagne pressent déjà les déséquilibres causés par l’exode rural, les leurres d’une société qui pousse ses populations à abandonner leurs territoires et leurs modes de vie pour les précariser et les rationaliser dans des banlieues urbaines. Peuples et territoires sacrifiés à l’hôtel du productivisme et du consumérisme.

En 2007, Info RC, la radio scolaire du bassin d’Aubenas a permis la rencontre de Jean Ferrat avec une quinzaine de jeunes du lycée Marcel Gimond d’Aubenas. Un entretien réalisé à Antraigues, où le poète raconte ses jeunes années de chanteur dans les cabarets parisiens, ses rencontres, avec Zizi Jeanmaire ou avec Aragon, sa découverte d’Antraigues et de l’Ardèche, ses chansons d’amour et ses chansons engagées, qu’il préfère qualifier de chansons "d’expression". Il y évoque la difficulté de cet engagement, la censure, directe ou indirecte, la pression des médias. Cette censure qui ne dit pas son nom, larvée, déguisée en bonne conscience d’une société qui voudrait oublier son histoire et son humanité.

Mais plus forts que toutes les censures, les mots des poètes peuplent à tout jamais les mémoires populaires.

Les couplets de Nuit et brouillard continuent de résonner, ne cessent de remémorer...

"On me dit à présent que ces mots n’ont plus cours

qu’il vaut mieux ne chanter que des chansons d’amour

que le sang sèche vite en entrant dans l’histoire

et qu’il ne sert à rien de prendre une guitare

Mais qui donc est de taille à pouvoir m’arrêter

l’ombre s’est faite humaine aujourd’hui c’est l’été

je twisterais les mots s’il fallait les twister

pour qu’un jour les enfants sachent qui vous étiez...".

C’est ce poète - témoin que les jeunes lycéens d’Aubenas ont rencontré il y a trois ans. Témoin de 50 ans d’histoire, de combats humanistes et populaires, poète de l’amour et de l’engagement, de la justice et de l’égalité.

"La souffrance enfante les songes

Comme une ruche ses abeilles

L’homme crie où son fer le ronge

Et sa plaie engendre un soleil

Plus beau que les anciens mensonges"

Au Panthéon de ceux dont les plaies ont engendré des soleils, aux côtés de Louis Aragon, de Federico Garcia Lorca ou de Pablo Neruda, Jean Ferrat a désormais rejoint ceux-là mêmes qu’il chantait.

Thierry Borde

► ECOUTER l’émission d’Info RC avec Jean Ferrat Une émission animée et réalisée par les lycéens du lycée Gimond d’aubenas en mars 2007.

Visiter le site d’INFO RC, la radio en milieu scolaire du bassin d’Aubenas

ai