MediasCitoyens
FORUM MEDIASCITOYENS - Lyon, 19 - 20 octobre 2012

Radios associatives : de la FM à Internet (atouts, enjeux et perspectives)

Intervention de Pascal Ricaud au Forum MédiasCitoyens, le 19 octobre 2012

Pascal Ricaud est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université François Rabelais de Tours, membre de l’équipe COST (Construction politique et Sociale des Territoires). Il est aussi vice-président du GRER, le Groupe de Recherche et d’Etudes sur la Radio. Ses recherches se concentrent particulièrement sur les nouveaux médias, les webradios ou les processus participatifs on-line.

Il nous propose ici une synthèse de la conférence qu’il donnera vendredi 19 octobre 2012 à la Maison des Passages de Lyon à l’occasion du Forum MédiasCitoyens.

Radios associatives de la FM à Internet (atouts, enjeux et perspectives)

En préambule je rappellerai quelques dates clefs des 30 ans des radios libres/ associatives en France (Cheval : 1997 et 2006), sans prétendre à aucune exhaustivité, mais en cherchant à faire apparaître les enjeux récurrents et étroitement imbriqués auxquels sont toujours confrontées les radios associatives (financement, professionnalisation, mutations technologiques, évolution des formats). Relevé ces différents défis n’est possible que par l’existence de solidarités actives (dons, soutiens logistiques et juridiques, échanges de programmes et coproductions …) de la part des auditeurs, d’associations et institutions, de fédérations syndicales. Plus largement cela dépend de la capacité d’organisation et mobilisation des radios elles-mêmes.

C’est autour des notions de lieu (Augé : 1992) et de reliance (Morin : 1990 ; Boll de Balle : 2003) qu’on peut déjà tenter d’ébaucher non seulement ce qui fait la singularité de ces médias, leur essence même, mais aussi de tenter une projection des défis auxquels elles sont confrontées à l’ère du numérique pour non seulement continuer à assurer leurs missions (de communication sociale et de proximité), mais élargir le champ de celles-ci.

Les radios associatives sont des médias profondément alternatifs, plus nombreuses aujourd’hui que dans les années 80 et 90, cherchant à se renouveler, faire preuve de créativité, ayant cet appétit pour l’aventure humaine et technique qui caractérisait déjà les radios libres il y a 30 ans (Ricaud : 2003).

Ces médias alternatifs sont aussi des médias engagés. Engagés dans la défense des droits d’une minorité sociale, culturelle. Engagés en publicisant ou en offrant une tribune publique à des revendications, recommandations, ou des opinions, des idées dissonantes. Ainsi dans un paysage médiatique national où les médias d’opinion tendent à se raréfier, et peinent à renouveler leurs publics, les radios associatives contribuent non pas à la réactivation d’une sphère publique plébéienne, mais plus modestement à l’expression de groupes minorisés, marginalisés ou dominés, en situation de résistance (Sénécal : 1995).

Proximité, accessibilité, liberté (des ondes, « libre antenne ») sont les mots clefs qui résument peut-être le mieux les différents projets éditoriaux et sociétaux des radios associatives, et la diversité ce qui caractérise certainement le mieux cette catégorie de médias (Lenoble-Bart et Mathien : 2011). Je propose à la lumière des enjeux actuels, et en particulier de la numérisation et de l’accès à Internet, de montrer en quoi ces caractéristiques risquent soit de ne plus recouvrir le même sens, soit d’être renforcées, amplifiées…

Nous sommes indéniablement à un tournant décisif (Cheval et Wuillème : 2008), au niveau des modes d’écriture, de production et de pratique radiophoniques (Gago : 2008). C’est d’ailleurs à l’évolution des pratiques que je veux consacrer une partie de cette communication, car les mutations actuelles du secteur radiophonique ouvrent des perspectives sans précédent à la diversification et la complexification des usages construits autour du média radiophonique.

On peut observer et distinguer trois types d’acteurs autour des radios associatives : les bénévoles (assurant pour partie l’animation de l’antenne, le fonctionnement technique), les professionnels et les auditeurs (apportant parfois un soutien logistique, financier ... nécessaire à la survie de la station). Seulement il y a toujours eu une certaine porosité entre ces trois catégories. Il est artificiel de vouloir distinguer stricto sensu ceux qui écoutent ces radios de ceux qui les font. Avec l’actualité mais surtout les perspectives d’une diffusion multi-supports, la multiplication des moyens de communication utilisés, cette indistinction est d’autant plus flagrante. Les chercheurs qui observent et analysent ces mutations technologiques ne peuvent faire l’économie d’une réflexion autour des (nouvelles) pratiques qui se construisent autour de ces radios et, in fine, des différentes catégories d’acteurs qui les font vivre ... J’ébaucherai une typologie à l’occasion de cette présentation, en fonction des niveaux d’appropriation sociale des innovations technologiques actuelles, inspirée du modèle diffusionniste (Rogers : 1983), sans pour autant céder à un certain déterminisme sociologique, d’autant plus qu’il existe aussi des résistances, des réticences des radios FM elles-mêmes.

Les dimensions collaboratives et participatives avec les apports du web 2.0 font émerger de nouvelles catégories d’acteurs intermédiaires (Granjon : 2001), mais aussi un renouvellement des formes du militantisme (expression/ mobilisation) à travers les médias (Cardon et Granjon : 2010). Cette diversification se fait aussi au risque d’un processus d’individuation, d’une perte du collectif si celui-ci n’est pas entretenu par ailleurs par les radios associatives, notamment dans le cadre de mobilisations à caractère social et politique (pétitions, manifestations, commémorations).

Il s’agit d’observer et mettre en lumière les nouveaux modes d’expression, de participation radiophoniques et de voir aussi en quoi ces radios on-line continuent à réactiver la diversité des modes d’expression (Cheval : 2006) et des cultures (régionales, nationales, transnationales) ou renouvellent cette diversité, en redessinent les contours à travers l’émergence et la structuration de nouvelles communautés on-line à géométrie variable (Ricaud : 2011). Par ailleurs avec d’autres moyens plus interactifs/participatifs, dans quelle mesure prolongent-elles ou font-elles évoluer la mission déjà dévolue aux radios associatives : « […] une mission de communication sociale de proximité, entendue comme le fait de favoriser les échanges entre les groupes sociaux et culturels […] » ? Dans un monde où communiquer c’est de plus en plus apprendre à cohabiter et gérer les discontinuités (Wolton : 2009), les différences qui séparent des populations autrefois séparées et aujourd’hui interconnectées, cette mission revêt une plus grande importance encore.

Aujourd’hui, plus largement, les médias alternatifs, sont les témoins et parfois les acteurs de nouvelles formes de gouvernance et d’expériences participatives, impliquant la société civile ; ils apparaissent aussi comme de nouveaux espaces d’expression de minorités actives (radios communautaires), et de nouveaux acteurs politiques et mouvements associatifs (radios et presse locales en particulier). Avec eux, on assiste à l’émergence de micro-espaces publics (Dayan : 1997) et plus largement d’un nouvel espace public médiatique (Ricaud : 2007).

Bibliographie

AUGE Marc, Non lieux- Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992.

BOLLE DE BALL Marcel, « Reliance, déliance, liance : émergence de trois notions sociologiques », Sociétés, n°80, 2003 : 99-131.

BRETON Philippe, Eloge de la parole, Paris, La Découverte, 2003, 191 p.

CARDON Dominique et GRANJON Fabien, Médiactivistes, Paris, Presses de Sciences Po, 2010, 147 p.

CHEVAL Jean-Jacques et WUILLEME Bernard (dir.), La radiodiffusion aux tournants des siècles, Lyon, Dédale Editions, 2008, 263 p.

CHEVAL Jean-Jacques (dir.), Audiences, publics et pratiques radiophoniques, Pessac, MSHA, 2003, 196 p.

CHEVAL Jean-Jacques, Les radios en France,

DAYAN Daniel, « Médias et diasporas », Cahiers de médiologie, n° 3, 1997 : 91-97.

GRANJON Fabien, L’Internet militant. Mouvement social et usages des réseaux télématiques, Rennes, Apogée, 2001.

GUSSE Isabelle (dir.), Diversité et indépendance des médias, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2006, 291 p.

HABERMAS Jürgen, Théorie de l’agir communicationnel, Tome 1, Paris, Fayard, 1987, 448 p.

LENOBLE-BART Annie et MATHIEN Michel (dir.), Les médias de la diversité culturelle dans les pays latins d’Europe, Bruxelles, Ed. Bruylant, 2011, 343 p.

MORIN Edgar, Introduction à la pensée complexe, Paris, ESF, 1990.

RICAUD Pascal, The on-line community radios, an alternative model, in Angeliki Gazi, Guy Starkey et S. Jedrzejewski (dir.), Radio content in the digital age : the evolution of a sound medium, Intellect Bristol, UK/ Chicago – USA, 2011 : 183-192.

RICAUD Pascal, « Les radios communautaires de la FM à Internet », in La radio : paroles données, paroles à prendre, Revue MédiaMorphoses n° 23, INA/Armand Colin, Juillet 2008 : 45-48.

RICAUD Pascal, « Médias locaux alternatifs et construction de micro-espaces publics aux frontières (la démocratie participative entre projection et réalités) », in La production de l’action publique dans l’exercice du métier politique, Sciences de la Société n° 71, PUM/CNRS, Toulouse, mai 2007 : 137-151.

ROGERS Everett, Diffusion of Innovations, New York, Free Press, 1983.

SENECAL Michel, L’Espace médiatique. Les communications à l’épreuve de la démocratie, Montréal, Liber, 1995

WOLTON Dominique, Informer n’est pas communiquer, Paris, CNRS Editions, 2009, 146 p.

Pascal RICAUD

Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication (71e section) - Université François Rabelais de Tours, Equipe COST (Construction Sociale et Politique des Territoires), UMR CNRS 6173 CITERES

Le programme du forum

Télécharger le programme (PDF)

PDF - 207.4 ko

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1573839

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site A la Une  Suivre la vie du site Forum MédiasCitoyens 2012   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License