MediasCitoyens

La politique culturelle régionale face à la question du numérique

Le Conseil Régional Rhône-Alpes organisait lundi 4 octobre sa première réunion de concertation sur la question : "Le numérique : nouvelle donne, nouvelle politique culturelle". Une première journée de réflexion qui a réunit de nombreux acteurs artistiques et culturels de la région autour de Jean-Pierre Saez, de l’Observatoire des politiques culturelles, du philosophe Daniel Bougnoux ou encore de l’artiste Maurice Benayoun.

"Avec internet et les technologies associées nous savons que nous vivons une révolution majeure dans l’histoire de l’humanité", explique Jean-Pierre Saez de l’Observatoire des Politiques Culturelles, "Internet reconfigure les savoirs, recompose modes de vie, réorganise l’économie du local au mondial, suscite une redéfinition des valeurs qui fondaient les sociétés historiques, réagence les éléments de lien social et de vivre ensemble, induit une refondation de la citoyenneté et du politique à toutes les échelles de gouvernement".

La "révolution numérique" bouleverse les pratiques et les usages dans de nombreux domaines, elle transforme notre rapport à la culture : numérisation des salles de cinéma, de la radio ou de la télévision, nouveaux développements, nouveaux outils aussi pour les bibliothèques, les musées et tous les établissements culturels ; nouveaux usages enfin pour les citoyens.

Une concertation pour une nouvelle politique culturelle régionale

Face à ce nouveau paysage culturel en constante évolution, le Conseil Régional a décidé de lancer une grande concertation afin d’adapter sa politique culturelle. D’ores et déjà, rappellent Jean-Jack Queyranne et Farida Boudaoud, la Région a décidé d’intervenir dans les dossiers les plus urgents. Ainsi, une plate-forme musicale régionale (1d-rhonealpes.com) a vu le jour et un processus de soutien à la numérisation des salles de cinéma va être mis en place.

Lundi 4 octobre, les acteurs culturels et artistiques furent nombreux à se déplacer pour l"occasion : monde de la musique, du cinéma, du théâtre, bibliothèques, Espaces Publics Numériques, médias associatifs, collectifs d’artistes... Cette "nouvelle donne" numérique touche tous les secteurs et implique des incidences diverses.

Nouvelle pratiques créatives, institutionnelles et citoyennes

Internet et le numérique laissent apercevoir l’espoir formidable d’une démocratisation et de l’universalisation de l’accès à la culture. 1,5 milliards d’être humains au moins ont aujourd’hui accès à internet, nous rappelle Jean-Pierre Saez.

Les processus de création changent, l’artiste Maurice Benayoun invité lors de cette journée du 4 octobre, en témoigne. Et ces changements rendent possibles la création et la diffusion de contenus par chaque individu. Les technologies numériques ont permis le développement des pratiques de la musique, de la vidéo, de la radio, de la photo, des arts graphiques... Et internet permet la diffusion de ces nouveaux contenus.

L’art et la culture jusqu’alors volontiers enfermés dans des établissements dédiés réinvestissent le quotidien via internet. Les acteurs culturels et artistiques sont donc confrontés à une mutation à laquelle ils doivent adapter leurs pratiques. D’où la création de nouveaux processus, de nouveaux métiers.

Dans son intervention, Lionel Pujol de la Médiathèque du Pays de Romans, insiste sur cette nécessité de créer de nouveaux métiers, soulignant la différence fondamentale entre les processus de flux et le principe d’abondance à l’œuvre sur internet face au fonctionnement de stocks et le principe de rareté des bibliothèques.

Internet crée de nouveaux usages pour les citoyens, friands de cette nouvelle source de savoirs mais confrontés à la complexité de cette sorte bibliothèque universelle - "la plus grande biblio-médiathèque du monde" affirme Jean-Pierre Saez - que Daniel Bougnoux compare à la bibliothèque de Babel décrite par Jorge-Luis Borges dans Fictions. Grâce à internet, le citoyen devient acteur de la culture, de la politique, de l’information.

Fracture numérique

Il est alors essentiel de ne pas laisser "la fracture numérique" creuser le fossé d’une inégalité fondamentale entre les citoyens. "La fracture numérique, même si elle demeure mouvante, institue une inégalité majeure entre les accédants au réseau et les exclus du système, une inégalité à multiples facettes -économique, sociale, politique, cognitive - une inégalité qui s’accélère" analyse Jean-Pierre Saez.

D’où la nécessité de penser l’accès aux usages : dans cette lutte contre cette nouvelle fracture sociale, le rôle des EPN (Espaces Publics Numériques) et de toutes les démarches de "l’internet accompagné" est majeur ; tout comme le développement des technologies libres ("open source").

Reste la question de l’accès au réseau. Celui-ci reste conditionné par la contractualisation d’un abonnement avec un opérateur internet privé payant. Comment lutter efficacement contre cette fracture numérique si l’accès même au réseau n’est pas possible pour une partie de la population ? Est-il légitime que l’accès au domaine public (musées, bibliothèques etc) profite à des opérateurs privés ? La question peut-être appréhendée à travers l’exemple du débat sur la Radio Numérique Terrestre (RNT). Alors que le CSA et une grande partie des radios, dont les associatives, prônent un passage rapide à une RNT pour tous, gratuite et anonyme, quelques grands groupes privés bloquent le projet, préférant se préparer à la radio par internet mobile, soumise aux accords avec les opérateurs de télécommunication et leur offrant des perspectives commerciales sans doute bien plus importantes... au détriment de l’intérêt démocratique général. (Lire sur MédiasCitoyens : Avenir de la radio : la Radio Numérique Terrestre (RNT) en question ; sur le site de la CNRA, l’appel du 05 octobre 2010 : La RNT pour la France, et maintenant)

La concertation régionale "culture et numérique" se poursuivra le 30 novembre, à la Cité du Design de Saint-Etienne et abordera plus particulièrement la dimension économique de ces bouleversements à l’oeuvre dans le monde culturel.

Le processus de concertation devrait aboutir, au printemps 2011, à la définition par le Conseil Régional d’une nouvelle politique culturelle , adaptée à ce nouveau contexte.

Quelques liens :

Région Rhône-Alpes

Observatoire des Politiques Culturelles

La plate-forme musicale Rhône-Alpes

CORAIA

La Bibliothèque Apprivoisée

...

Thierry Borde


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1637178

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Médias  Suivre la vie du site DOSSIER : Médias et numérique - 2011   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License