MediasCitoyens

La nuit bleue des radios rhônalpines

En Rhône-Alpes, la nuit bleue, ou NEVA – Nuit d’entrée en vigueur des autorisations – a eu lieu dans la nuit du 26 au 27 octobre 2011. Elle intervient après la mise en place d’un nouveau plan de fréquences autorisant de nouvelles radios à émettre et d’anciennes à élargir leur diffusion.

La région Rhône-Alpes compte désormais 715 fréquences, dont 166 sont attribuées à des radios associatives de catégorie A, pour un total de 152 opérateurs dont 81 associatifs.

Explications avec Christine Derville, secrétaire générale du Comité Territorial de l’Audiovisuel (ex CTR - Comité Technique Radiophonique)

Un entretien réalisé par Véronique Boulieu pour Couleurs FM (extraits)

ECOUTER l’interview complète

Véronique Boulieu : A quoi sert la nuit bleue ?

Christine Derville : La nuit bleue sert à caler au niveau technique l’interruption d’une diffusion s’il doit y en avoir et le démarrage de nouveaux émetteurs et de nouvelles fréquences de manière à ce qu’il n’y ait pas de brouillage, pour que tout soit calé le plus harmonieusement possible.

V.B. : Vous avez rédigé le guide de mise en service des autorisations*. Pouvez-vous nous détailler les quatre possibilités pour les radios ?

C.D. : Le cas le plus simple concerne les radios qui étaient déjà autorisées et qui n’ont pas obtenu l’extension. Pour elles, la nuit bleue ne change rien. C’est la majorité des radios. Le deuxième cas de figure concerne les radios autorisées qui ont obtenu une ou plusieurs nouvelles fréquences. Ces fréquences sont concernées par la nuit bleue. Ces radios ont la possibilité de commencer à diffuser à partir du 27 octobre à 4h du matin sur leur nouvelle fréquence. C’est également le cas pour les nouveaux projets, (des radios qui ne sont actuellement pas autorisées en Rhône-Alpes et qui ont obtenu leur première autorisation dans la région).

(...) Toute mise en route d’un émetteur devra être signalée au CSA. (…) Les radios ne sont pas obligées de mettre en route leur émetteur le 27 octobres, il y a un délai d’un mois pour mettre en route son émetteur (...)

V.B. : Quels changements pour l’auditeur ?

C.D. : Cela dépend des zones, des villes. A Annecy par exemple, les auditeurs vont pouvoir recevoir 7 nouvelles radios, à Chambéry, 2 nouvelles radios, à Montélimar cinq... Il y a un certain nombre de villes, le changement va être notable pour les auditeurs. Le CSA a essayé de proposer un choix de nouvelles radios émanant des réseaux mais également des radios locales et particulièrement des radios associatives. On a été très sensibles à cela, et notamment pour permettre l’arrivée de nouveaux projets puis aussi permettre à des radios associatives existantes de se développer sur des villes qui étaient importantes et cohérentes pour elles.

ECOUTEZ l’intégralité de l’entretien


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1497752

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Médias  Suivre la vie du site Actualites des médias   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License