MediasCitoyens
Démocratie Participative

La Démocratie Participative, enjeu politique majeur du 21ème Siècle.

Autour d’une conférence de Pierre Rosanvallon et de Loïc Blondiaux
Dans le cadre de sa démarche de prospective « Rhône-Alpes 21 », la Région Rhône-Alpes organisait le 1er juillet 2008 une conférence – débat à Lyon sur le thème : « Démocratie Participative : mythe ou réalité ? ». Pour y répondre, cette première « Controverse » réunissait les politologues Pierre Rosanvallon et Loic Blondiaux autour de François Auguste, vice-président en charge de la démocratie participative au Conseil Régional*.

La démarche « Rhône Alpes 21 » initiée par le Conseil Régional vise à définir une vision de l’avenir à l’échelle de la région, à l’horizon 2021. Il s’agit d’une démarche d’analyse à grande échelle sur les enjeux majeurs de ce début de 21ème siècle. Dans ce cadre, des personnalités faisant référence dans leurs spécialités sont invitées à éclairer ces grands enjeux au cours de débats nommés « Controverses ». La place inaugurale donnée au thème de la démocratie participative tend à prouver l’attachement régional à impliquer les citoyens dans ces démarches prospectives. C’est à ce titre que François Auguste invitait le 1er juillet Pierre Rosanvallon et Loic Blondiaux, deux spécialistes renommés des questions de démocratie et en particulier de la démocratie participative.

Loïc Blondiaux

Pierre Rosanvallon

Au cours du débat animé par Laurent Mauriac du site Rue 89, trois thèmes centraux ont guidé la réflexion des deux politologues : démocratie participative et démocratie représentative, le fonctionnement du participatif et l’échelle d’application de la démarche participative... Ainsi, Pierre Rosanvallon rappelle l’origine du concept participatif, développé par des étudiants américains dans les années 1950. Aujourd’hui, le développement de la démocratie participative se forge sur la crise de la démocratie représentative traditionnelle. Cette crise qui souligne le fossé qui sépare les citoyens des politiques dès lors que les élections sont terminées. Processus consultatifs ou dispositifs réellement participatifs, les élus prennent de plus en plus conscience de la nécessité d’inclure les habitants dans les décisions politiques.

Face à une propension de plus en plus forte du système socio-économique libéral à déresponsabiliser le citoyen, le politique ne se doit-il pas de favoriser la multiplication de possibles participations citoyennes ? D’où l’importance d’élargir les échelles de participation jusqu’au niveau européen par exemple et de multiplier localement les lieux de la démocratie participative.

Mais la participation citoyenne vaut-elle si elle n’est pas d’initiative citoyenne ? Comment éviter les manipulations dans des systèmes mis en place « par le haut » ? Comment aussi éviter que des « super participants » ne deviennent de fait des représentants, reproduisant ainsi le système que l’on veut corriger ? Autant d’écueils que citoyens et politiques doivent apprendre ensemble à éviter...

En attendant, la politique volontariste de François Auguste ne peut s’arrêter à la simple crainte de ces risques, et le vice -président de Région conclut le débat en affirmant qu’il préfère « parler des chances et des atouts de la démocratie participative plutôt que de ses dangers ». Ainsi la Région continue-t-elle à favoriser les initiatives citoyennes et, cet automne, une rencontre régionale sur le thème de la pauvreté et de la précarité succédera à la rencontre mondiale de la démocratie participative de l’an dernier.

L’occasion aussi de rappeler que, plus que jamais, il est important de renforcer le rôle des médias participatifs tant dans une fonction de forum, c’est à dire d’espace public dédié à l’expression citoyenne, que dans une perspective de contrôle et de suivi. C’est ce sens d’ailleurs que l’on doit donner à la présence modératrice dans le débat de Laurent Mauriac dont le site, Rue 89, tend à remettre l’information au coeur de la cité. Et c’est à ce prix, en remettant les citoyens au coeur de leurs réflexions, que les médias pourront rester fidèles au rôle de contre-pouvoir démocratique que représente la presse dans notre société.

* lire l’entretien avec François Auguste

Prochaines Controverses :

Enseignement supérieur : levier de citoyenneté ou de compétitivité ? Le 15 septembre à 18h00 au centre de congrès « Le Manège » de Chambéry.

L’application des découvertes scientifiques au développement de la société : avantages et risques ? Mardi 16 septembre 2008 à 18 h 30 à l’université Jean Monnet (site Tréfilerie) de Saint-Étienne.

voir le programme sur le site de la Région Rhône-Alpes


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1571083

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Citoyenneté - Solidiarité  Suivre la vie du site Participation citoyenne  Suivre la vie du site La démocratie Participative dans tous ses états   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License