MediasCitoyens
22 mars 2010 : journée mondiale de l’eau

L’eau : bien commun de l’humanité - Un entretien avec Danielle Mitterrand

La journée mondiale de l’eau le 22 mars prochain doit être l’occasion de mettre en perspective les enjeux majeurs que représente la gestion de l’eau au niveau mondial. Si rien n’est entrepris aujourd’hui, les ressources en eau potable devraient commencer à manquer à l’horizon 2025. Le 20ème siècle fut le siècle du pétrole, le 21ème sera le celui de l’eau. Comme le pétrole, l’eau est devenue source à la fois de bénéfices financiers et de conflits. Mais ne devrait-elle pas être, comme le revendiquent Danielle Mitterrand et la Fondation France Libertés, un bien commun de l’humanité, source de vie et d’échanges entre les hommes ?

Danielle Mitterrand était présente au salon Primevère à Lyon le 26 février 2010. Elle y a accordé un entretien aux radios associatives rhônalpines. Lire la suite - écouter l’interview de Danielle Mitterrand

► Ecouter l’entretien de Danielle Mitterrand au salon Primevère.

L’eau a toujours été considérée comme une ressource naturelle inépuisable. Pourtant, les ressources en eau sont en constante diminution du fait de la combinaison de différents critères : croissance démographique, répartition des ressources, pollution, conflits d’usage... Aujourd’hui, 1,5 milliard de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’eau potable, 2,6 milliards ne sont pas raccordées à un réseau d’assainissement. Si rien est fait d’ici là, l’eau commencera à manquer sur l’ensemble de la planète d’ici à 2025.

La guerre de l’eau n’est pas une fiction. C’est elle qui sous-tend les conflits israélo-palestinien, irakien ou sino-tibétain par exemple. "Celui qui aura la maîtrise de l’eau sera le maître du monde", explique Danielle Mitterrand, dans cet entretien. Danielle Mitterrand dans le studio des radios associatives au salon Primevère 2010

C’est certainement pourquoi, dans un élan humain et stratégique visionnaire, les élus des communes françaises ont majoritairement décidé il y a quelques décennies de confier la gestion de l’eau de leurs villes à des entreprises privées. A cela deux conséquences : par cette délégation, la gestion publique s’éloigne de la problématique de l’eau et crée du même coup un marché économique et financier fructueux - Véolia ou la Lyonnaise des Eaux en sont les plus grands exemples.

L’eau, ressource naturelle constitutive de toute vie, est désormais un bien marchand. Sa raréfaction promet des jours heureux à ces opérateurs privés pour qui ce qui est rare est cher ; et fort compliqués pour les populations les plus pauvres. C’est pourquoi Danielle Mitterrand et la Fondation France Libertés plaident pour la création d’une Autorité mondiale de l’eau et la reconnaissance de l’eau comme bien commun de l’humanité. Un bien commun dont la gratuité doit être garantie pour les usages vitaux.

Ce combat est global mais se décline localement, à l’échelle de chaque commune. En France, des collectivités de plus en plus nombreuses commencent à reprendre la gestion de l’eau à ces entreprises en recréant des régies publiques. Paris même vient de passer le pas. Cette journée mondiale de l’eau doit donc être l’occasion de faire prendre conscience à nos élus de la nécessité et de l’urgence d’une gestion publique de l’eau et de tous les biens communs de l’humanité.

► Ecouter les explications de Danielle Mitterrand au micro de Véronique Boulieu et Thierry Borde (Confédération des Radios Associatives Non Commerciales de Rhône-Alpes - MédiasCitoyens)

Visiter le site de la Fondation France Libertés

Visiter le site de la journée mondiale de l’eau

Photo : Véronique Boulieu

T.B.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1104468

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Grands témoins   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License